Notre territoire, privé du contrôle de ses frontières et confronté à une invasion migratoire, est devenu une jungle où des bandes, face au laxisme d’Etat, n’hésitent plus à violenter et dépouiller les populations locales.



Demander, comme l’a fait la mairesse de Cologne, Henriette Reker, aux femmes d’« adapter leurs comportements aux nouveaux venus » est un bras d’honneur à la dignité des femmes. Il a fallu tant de combats menés par les femmes pour accéder à l’égalité. Un combat ruiné par une nouvelle sauvagerie tolérée par des hommes et femmes politiques qui ont tout simplement démissionné.



C’est un aveu de faiblesse symbolique terrible. Notre Etat, notre société ne sait plus se défendre et assurer la sécurité.



Or, la sécurité est un droit. Si l’Etat ne remplit pas son rôle, ce sont les citoyens qui feront justice eux-mêmes.



Ce qui s’est passé en Allemagne est un avertissement sur ce qui pourrait se produire en France, si nos dirigeants ne sortent pas au plus vite de leur aveuglement et ne réalisent pas que la situation migratoire entraîne notre pays dans un chaos social, économique et sécuritaire.



Je n’ai cessé de dénoncer la folie que constituait l’ouverture en grand des vannes en matière d’accueil des migrants. L’appel d’air tant redouté s’est bel et bien produit, puisque plus d’un million de personnes sont entrées en Allemagne pour la totalité de l’année 2015 et qu’il continue d’en arriver encore par milliers chaque jour. Je l’avais d’ailleurs laissé prévoir dès la fin de juin, m’attirant le démenti de certains médias dont le Vrai du Faux, démenti qui s’avère aujourd’hui faux !



Bien entendu, parmi ce million, il n’y a pas que des hommes au comportement sexuellement déviant, ni que des terroristes en puissance, diligentés ou non par Daech, mais il se trouve qu’il y en a déjà trop !



Angela Merkel, au nom d’une politique mi- angélique, mi- intéressée, s’est refusé à établir tout plafond maximum du nombre de migrants que son pays pouvait accueillir. Elle est désormais obligée d’en gérer dans l’urgence les conséquences, avec la restauration de frontières fixes dans les pays riverains et l’expulsion immédiate qu’elle envisage depuis hier de tout étranger délinquant.



Mais le plus préoccupant est à venir : l’arrivée ininterrompue de nouveaux migrants (que ne risquent pas d’enrayer les accords désastreux et peu applicables passés entre l’UE et la Turquie) ne pourra que compliquer les problèmes – de cohabitation mais pas uniquement – et envenimer les tensions qui se développent fatalement de jour en jour.



On voit bien à quelles folie et désastreuses conséquences mène la politique de fausse générosité que la Chancelière a engagé sans tenir compte le moins du monde des réticences et mises en garde de l’Europe tout entière ! Espérons simplement que cela servira de leçon à nos ministres. Malheureusement j’en doute.