En 2008, avec le complicité de ses concurrents actuels : Bruno Le Maire, François Fillon et Alain Juppé, avec le soutien du Parti Socialiste, il a choisi la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne, alors que le peuple français avait exprimé son refus en 2005 d'un texte quasi identique.

Nicolas Sarkozy n'a pas varié, le référendum est trop risqué lorsque l'on veut garder le pouvoir. Il se méfie du peuple qui est pourtant le seul juge, surtout lorsqu'il s'agit d'un transfert de sa souveraineté.

Sans écouter les peuples, qui à l'exemple des Britanniques refusent cette construction politique illégitime et inefficace qu'est l'Union européenne, il a négocié avec Angela Merkel, le 21 juin, un nouveau traité qui anéantirait l'indépendance nationale contre la volonté du peuple français.

Le Président des Républicains réclame une refondation de l'Europe, mais cette refondation n'est que le prolongement de l'Union européenne actuelle, avec deux terribles nouveautés pour la liberté de la France : un gouvernement économique de la zone euro et un gouvernement de Schengen. Ces deux innovations proposées par Nicolas Sarkozy empêcheraient la France de mener sa propre politique économique et de contrôler ses frontières nationales.

Alors que l'Allemagne impose à l'Europe une politique d'austérité inefficace et un chaos migratoire, il n'a jamais été aussi crucial pour notre pays de retrouver ses capacités de décision, son indépendance ! Nicolas Sarkozy, une fois de plus, veut la brader.

Le peuple français ne doit pas être manipulé par la gesticulation politique de Nicolas Sarkozy. Contre les mensonges et les trahisons des Républicains, je propose un nouveau traité qui redonne aux États leur indépendance et qui leur permette de coopérer sur des projets concrets. Le peuple français sera consulté si le traité est accepté par nos partenaires européens, il le sera aussi si nos partenaires le refusent, pour retrouver sa liberté.