Un an après, les Français sont perdus : nous voilà à la case départ.

L’intervention d’Emmanuel Macron révèle une politique sanitaire incohérente et confuse. Pour les masques, les tests, les soins, les lits, et nos libertés publiques, ce sont toujours galimatias et antinomies.

   Ne vous masquez pas. Masque obligatoire partout.
   Ne vous testez pas. Tests massifs, mais pas d’autotests.
   N’utilisez pas les molécules connues et éprouvées. Achetons des anticorps monoclonaux 2000€ la dose sans garantie d’efficacité.
   Passons à 10.000 lits de réanimation : pas un seul lit pérenne créé depuis un an, toujours au nombre de 5080.
   Même bafouillage sur nos libertés : Restez chez vous ! Sortez pour éviter les contaminations en intérieur ! Rentrez avant 19h !

Cette errance n’est pas fortuite. Elle est celle d’un homme seul, à la tête d’une administration dépassée.

Depuis un an, le peuple et ses représentants sont séquestrés par un état d’urgence à rallonge, qui vide le Parlement de ses pouvoirs de vote en matière sanitaire. Parlement qui n’a été ce jeudi qu’un théâtre d’ombres, une chambre d’enregistrement, puisque les oppositions indolentes sont couchées devant un confinement qu’elles n’osent contester. Il ne reste plus autour du Président de la République qu’un Conseil scientifique non-élu, dont les membres n’ont pas été auditionnés par le Parlement, et qui, de toute manière, ne comptent plus : Emmanuel Macron est devenu épidémiologiste. Qu’à cela ne tienne : voilà la dernière casquette qu’il manquait à notre Président, tirant à bout de bras une bête administrative qui s’enlise, écrasée sous le poids de la bureaucratie nationale et européenne. 1er, 2ème, 3ème confinement, apprendront-ils de leurs erreurs et de leur passivité pour éviter demain un 4ème ?

Face à cela, un peuple ébahi, fatigué, docile mais irascible, surtout résigné, paye les pots cassés. Un peuple qui continue d’accepter que la 5ème puissance mondiale n’ait que le contrôle social comme variable d’ajustement pour répondre à une crise sanitaire. Une mesure moyenâgeuse voire contre-productive :

   Des siècles de sagesse médicale nous avaient appris à séparer les malades des bien-portants en proposant une vraie politique d’isolement des uns et de protection des autres. Retour au règne de Louis le Hutin, nous n’avons rien appris de nos Anciens : bien-portants et malades sont enfermés ensemble.
   Les modèles de prévention et de responsabilité, comme en Suède, n’ont pas montré moins de succès que celui de l’enfermement et de l’affolement. La volonté humaine trop humaine de chercher à tout prix le contrôle d’un phénomène imprévisible est révélatrice d’une époque qui veut s’imposer à la Nature, maîtriser l’incontrôlable, faire disparaître le risque – oubliant que le risque zéro, c’est aussi la liberté zéro
   Sans parler des conséquences économiques et sociales, l’enfermement a des répercussions sanitaires immenses, notamment pour nos enfants ; il laisse derrière lui des cancers non-diagnostiqués et des maladies psychiatriques plus qu’il ne sauve des vies.



Face à cette impasse des confinements répétés à perpétuité, une autre voie est possible. Celle que je propose depuis un an, qui concilie prudence et liberté. Celle qui s’est avérée toujours plus nécessaire à mesure que le débâcle se précisait.

   Le rapatriement de nos productions de matériels sanitaires en France, pour ne plus dépendre de la Chine et des 5 milliards d’euros de masques que nous lui avons achetés en 2020. Un effort de relocalisation qui doit s’accompagner d’investissements dans la recherche pour que la France retrouve sa pleine indépendante sanitaire et scientifique, et ne soit plus le seul pays du Conseil de sécurité de l’ONU incapable de synthétiser son vaccin.
   La mise en place de contrôles aux frontières stricts, quelle que soit la provenance, pour éviter l’arrivée de variants. Il est vital d’imposer le double tests et la quarantaine de 5 jours à tous voyageurs arrivant sur notre territoire, comme l’a fait l’Italie.
   La distribution de masques FFP2 aux personnes les plus fragiles, comme l’a fait Madame Merkel avec 27 millions de foyers allemands.
   La diffusion des traitements précoces pour soigner des malades et sauver des vies, car il est insupportable que nos compatriotes soient renvoyés à leur domicile avec du Doliprane, alors que des traitement précoces existent, sont reconnus comme tels et utilisés à travers le monde.
   L’augmentation du nombre de lits de réanimation pérennes et la mobilisation de la réserve sanitaire car il est invraisemblable que notre système hospitalier reste à ce point sous-dimensionné à nos besoins, et que cela nous fasse prendre le risque d’une paralysie complète de notre pays. Depuis vingt ans, nos gouvernants ont taillé la digue pour les marées basses et se plaignent d’être submergés !

Troisième échec : quelle amertume. Quand Emmanuel Macron retrouvera-t-il la voie de Thiers : « Gouverner c’est prévoir » ?

Nicolas Dupont-Aignan Président de Debout la France