De quoi s'agit-il ? Organisés dans la foulée des JO de Rio, durant la première quinzaine de septembre, ces jeux permettront aux athlètes souffrant de handicap de se mesurer dans des épreuves sportives adaptées. C’est une compétition olympique qui n’aura rien à envier aux traditionnels Jeux et qui honore les mêmes valeurs du sport, la performance, l’excellence et la compétition loyale. Ce sont aussi des exploits sportifs qui méritent le respect comme l’intérêt du public.

Mais voilà, les autorités olympiques n’ont toujours pas décidé d’organiser en même temps les Jeux Olympiques et Paralympiques, privant les seconds de l’exposition médiatique et de la faveur du public auxquels ils pourraient légitimement prétendre.

Cette différence de cérémonial et de calendrier instaure une hiérarchie entre ces Jeux qui n’est plus acceptable.

C'est pourquoi Debout la France qui soutient tous les athlètes défendant les couleurs du pays à Rio, tient à porter un coup de chapeau particulier à ceux qui participeront aux Jeux Paralympique.

Si les deux compétitions se déroulaient en même temps, les para-athlètes français, injustement méconnu du grand public hexagonal, pourraient bénéficier alors des centaines d’heures de direct. Cela permettrait une vraie promotion du sport paralympique et favoriserait, par le biais du sport, une meilleure insertion dans la société des personnes souffrant de handicap.

Alors que la loi de février 2005 est pour une large part restée lettre morte après avoir été présentée comme une "grande cause nationale", la lutte réelle contre les discriminations dues au handicap n'est plus seulement un impératif moral mais est devenue une urgence politique que tous les candidats à l'élection présidentielle devront sérieusement envisager. C'est en tout cas ce à quoi je m'emploierai, aussi bien dans mon futur projet pour la France qu'en rappelant aux autres candidats cette ardente obligation.