Chère Madame, Cher Monsieur,



Si vous suivez régulièrement l'actualité, vous n'êtes pas sans savoir que, les Français ayant refusé de donner une majorité absolue à Emmanuel Macron et son gouvernement à l'Assemblée nationale, ce dernier entend alors contourner cet obstacle en coupant court aux débats et aux votes, par une succession de recours à l'article 49.3 de notre Constitution.



Mais qu'est-ce que le fameux 49.3 ?



L’article 49.3 de la Constitution dispose que :



« Le premier ministre peut, après délibération du conseil des ministres, engager la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale sur le vote d’un projet de loi de finances ou de financement de la Sécurité sociale. Dans ce cas, ce projet est considéré comme adopté, sauf si une motion de censure, déposée dans les vingt-quatre heures qui suivent, est votée dans les conditions prévues à l’alinéa précédent. Le premier ministre peut, en outre, recourir à cette procédure pour un autre projet ou une proposition de loi par session. »



Concrètement, le conseil des ministres peut décider seul de l’adoption d’une loi sans passer par le Parlement !



Dans ces conditions, vous comprendrez qu'il soit du rôle des oppositions d'user de leur pouvoir en empêchant ce hold-up démocratique, par l'adoption d'une motion de censure.



C'est la raison pour laquelle votre Député, Nicolas DUPONT-AIGNAN, a fait le choix, en conscience et par devoir de responsabilité à l'égard de la confiance que vous lui avez accordée, de voter en faveur de cette motion de censure.



Vous pouvez, à ce titre, retrouver son intervention vidéo à la Tribune de la chambre basse du Parlement, en cliquant sur la ligne ci-dessous : https://www.youtube.com/watch?v=Zs5B5bBHT7Q



Vous pouvez également retrouver le texte de cette intervention en cliquant sur la ligne ci-dessous :



TEXTE DE L'INTERVENTION https://drive.google.com/file/d/1-cwK_OcXuznN2w31ls4soGQmVAnwQaH7/view



Vous en souhaitant bonne réception et restant naturellement à votre écoute,



Bien à vous,