J’ai bien insisté, une fois de plus, sur le fait que le rapport Jospin passait à côté de l’essentiel : l’impuissance publique et le bipartisme qui se sont imposés à la France au fil du temps. Une impuissance publique qui s’explique tout naturellement par le transfert à Bruxelles de la quasi-totalité des leviers de manœuvre du pays.

Le Président a écouté avec attention et quels que soient les considérables désaccords que j’ai avec la politique qu’il conduit, je me devais de le reconnaître.

Pour autant, au moment où l’affaire de Florange symbolise les ravages de cette impuissance publique et où l’UMP se ridiculise par sa guerre des chefs, je doute que le Président ait la volonté et la capacité politique de renégocier les traités européens !

On peut ajouter 10% de députés à la proportionnelle, réduire le cumul des mandats, durcir les incompatibilités, etc, etc… Tout cela ne servira pas à grand-chose si le vrai pouvoir est à la Commission de Bruxelles, à la Banque Centrale européenne de Francfort, à la City de Londres ou à l’OMC de Genève.

Voilà l’enjeu : rapatrier le pouvoir dont le peuple a été dépossédé. Alors les élus de la Nation pourront à nouveau retrouver une marge de manœuvre et apporter une solution réelle aux problèmes des Français.

Vous pouvez retrouver le mémorandum de Debout la République que j'ai remis à François Hollande en cliquant ici