Ainsi,

  • • En décidant de lever l’état d’urgence alors que notre pays est toujours hautement menacé ;
  • • En rejetant les recommandations du Général de Villiers d’augmenter les crédits de la Défense, alors que nos armées et nos soldats ont besoin de financement suffisant si la France souhaite gagner cette guerre ;
  • • En repoussant le lancement d'une grande coalition internationale, avec la Russie, pour éradiquer définitivement Daesh ;
  • • En refusant la mise en place des contrôles systématiques aux frontières nationales alors même que les frontières extérieures de l'Union européenne sont des passoires et qu’une immigration incontrôlée submerge le pays;
  • • En laissant en liberté des fichés S hautement dangereux pour la sécurité des Français ;
  • • En niant le manque de moyens de nos forces de l’Ordre, qui sont au bord de l’épuisement : l’état déplorable des commissariats, relaté dans un article du Parisien hier, témoigne de ce mépris total ;
  • • En appliquant un laxisme judiciaire insupportable qui renforce la délinquance et le sentiment d’impunité ;
  • nos dirigeants continuent la même politique qui produira, malheureusement, les mêmes effets.

Dès le premier attentat survenu en France, j’avais supplié nos dirigeants de prendre dix mesures immédiates, qui restent malheureusement toujours d’actualité et qui auraient pu nous éviter des drames :

  1. L’intensification de notre lutte contre l’Etat islamique en Syrie, en Irak et en Libye, en pesant sur nos alliés qui devraient être davantage solidaires de la France ;
  2. La mise en place d’un véritable contrôle des frontières nationales et la suppression des accords de Schengen ;
  3. L'arrestation immédiate des djihadistes de retour de Syrie en application de l’article 411-4 du Code Pénal qui prévoit une peine de 30 ans de détention criminelle pour des actes d’intelligence avec l’ennemi que celui-ci soit un Etat ou une organisation qui agit contre la France ;
  4. L’expulsion immédiate de tout étranger condamné à une peine criminelle ou délictuelle ;
  5. L'expulsion immédiate des fichés S étrangers ;
  6. L'assignation à résidence loin de leurs domiciles ou la mise en place du bracelet électronique pour des individus fichés S pour radicalisation selon leur dangerosité (loi du 20 novembre 2015) ;
  7. L’arrestation de tous les individus qui se livreraient, de près ou de loin, à une apologie des actes terroristes (notamment sur les réseaux sociaux)
  8. L’autorisation du port permanent de l’arme 24h/24 et 7j/7 pour les personnes habilitées (policiers, gendarmes, douaniers, militaires…) susceptibles de riposter en temps réel à une attaque terroriste ;
  9. La fermeture des mosquées où est prêchée la haine ;
  10. Le renforcement de la protection de zones identifiées comme des cibles privilégiées des terroristes.

Et quinze mesures à moyen-terme :

  1. Le renforcement des moyens de nos armées et de nos forces de l'ordre (pour recruter les 70 000 militaires dont les postes ont été supprimés entre 2007 et 2014) ;
  2. La création d'une Cour de Sûreté de l'Etat pour les affaires terroristes afin de mettre en œuvre une justice d'exception (procédures accélérées et aucune remise de peine possible) ;
  3. La création d’une garde nationale composée de réservistes militaires. L’objectif serait de mettre sur pied une force de 75 000 hommes capable de relayer les forces de l’ordre de surveiller et de sécuriser l'ensemble du territoire national ;
  4. L’aménagement de 40 000 nouvelles places de prison ;
  5. La rétention de sûreté pour les condamnés au motif de terrorisme à la fin de leur peine ;
  6. L’abrogation des lois Dati et Taubira et la suppression des remises de peine automatiques ;
  7. La déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux ayant participé à une entreprise terroriste;
  8. Le recrutement de 10.000 personnels administratifs afin de permettre aux policiers et gendarmes de revenir sur le terrain ;
  9. Le contrôle strict de l'immigration pour renforcer la cohésion nationale ;
  10. La création des établissements pénitentiaires éloignés (Iles Kerguelen) exclusivement dédiés à l’exécution des peines prononcées par la cour de sureté de la nation
  11. Permettre au Service central du renseignement territorial (SCRT), dans le cadre de la prévention du terrorisme, d’accéder au fichier de Traitement d'antécédents judiciaires (TAJ), au fichier des cartes d'identité et des passeports et, lorsqu'il fonctionnera, au Passenger Name record (PNR), fichier des passagers des compagnies aériennes ;
  12. La création par décret d’un délit de consultation habituelle des sites djihadistes ;
  13. La mise en place au sein de la DGI un centre de réception garantissant l'anonymat des signalements de faits ou de comportements suspects ;
  14. La mise en place d’une peine de 10 ans de réclusion criminelle en cas de détention ou de port d’arme de guerre illégalement en cas d’affaires liées au terrorisme et au grand banditisme, trafic de stupéfiants compris.
  15. L’isolement et non le regroupement de tous les condamnés pour crimes ou délits pour des faits liés à des actes terroristes ainsi que les détenus de droit commun radicalisés afin de leur couper tout lien de communication entre eux et avec l’extérieur.

Changer notre politique étrangère, reconstruire un Etat régalien digne de ce nom, adapter l'Etat de droit à l'état de guerre, ce n'est plus aujourd'hui une option mais une obligation politique et morale absolue, ne serait-ce que vis-à-vis de toutes les victimes du terrorisme.

La France est en guerre contre le totalitarisme islamique qui tue sur son sol. Il est manifeste que les mesures prises jusqu’alors ne répondent pas à l’ampleur de la menace terroriste. L’illusion des mots et les messages de solidarité ne nous sauveront pas : il faut agir pour ne plus subir.

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Député de l’Essonne

Président de Debout la France