A la surprise générale, l’Australie a rompu unilatéralement le contrat conclu en 2019 avec la France portant sur la livraison de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle. L’accord, estimé à 56 milliards d’euros, constituait le vaisseau amiral de la politique de M. Macron dans le Pacifique. Le président français faisait en effet grand cas de sa soi-disant subtile diplomatie économique.

Las. Une alliance conclue entre le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l’Australie vient de faire voler en éclat les certitudes naïves voire bébêtes de nos dirigeants. Malgré l’excellence française, les pragmatiques anglo-saxons se sont entendus entre eux et M. Macron, qui réglait ostensiblement son pas dans celui de M. Biden lors du dernier sommet de l’OTAN, en est pour ses frais. Plus exactement, la France, la ville de Cherbourg et les travailleurs paieront au prix fort ce Trafalgar industriel.

Cette triste affaire remet en lumière la leçon gaullienne : « Les Etats n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts ». De façon générale, les forts ne respectent que les forts et plus la France est soumise aux Etats-Unis, moins elle est respectée. Aux abonnés absents, l’Union Européenne est incapable de soutenir la France, pourtant un de ses principaux contributeurs.

La diplomatie française ne doit poursuivre qu’un seul objectif, la défense de l’intérêt supérieur de la nation : c’est à dire de sa sécurité, de ses alliances, de ses débouchés et approvisionnements et de sa vision du monde, fondée sur des principes et valeurs universels qui l’ont toujours guidée au fil de son histoire. « Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde » affirmait à bon droit le général de Gaulle. Assez de ces renoncements et de ces humiliations. Vivement 2022.




Nicolas Dupont-Aignan Candidat à l’élection présidentielle 2022