Depuis le 1er janvier 2021, l’homéopathie n’est plus du tout remboursée par la Sécurité sociale. Cette mesure folle, dans un contexte sanitaire inédit, est l’aboutissement de réductions successives du montant de remboursement de l’homéopathie décidées par Madame Buzyn, lorsqu’elle était ministre de la Santé. Comme député, et comme candidat à l’élection présidentielle de 2022, Nicolas Dupont-Aignan s'est toujours exprimé en faveur de cette médecine douce à des fins préventives, mais également curatives en complément des médicaments conventionnels ou allopathiques, ou comme traitement principal. La défense de cette pratique continuera de fixer le cap de mes interventions en la matière.

Ce déremboursement est une atteinte à l’offre de soins des Français et un déni de l’efficacité de l’homéopathie. Le gouvernement prive de nombreux Français de leur liberté de choix à recourir à une méthode thérapeutique dont les vertus sont reconnues, et qui est plébiscitée par les Français. 70% de nos compatriotes y ont régulièrement recours. L’homéopathie constitue un complément crucial aux médicaments conventionnels dans de nombreux domaines, notamment en oncologie pour réduire les effets secondaires des traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie. Beaucoup de pathologies peuvent également être traitées par la seule homéopathie. En dépit du mépris gouvernemental pour cette médecine intégrative, les Français n’ont jamais autant sollicité les homéopathes que depuis quelques semaines.

En résulte que cette politique est à contre-sens des enjeux prioritaires de santé publique. Le déremboursement de l’homéopathie discrédite et pénalise une pratique qui répond à des enjeux prioritaires de santé publique. Elle permet de réduire la surconsommation médicamenteuse (deux fois moins d’antibiotiques, trois fois moins d’anti-inflammatoires, trois fois moins de somnifères, etc.), de diminuer les risques d’iatrogénie (accidents liés aux médicaments qui représentent près de 10.000 décès par an) ou encore de réduire de moitié les prescriptions d’antibiotiques. Plus encore, dans un contexte de crise sanitaire inédit, l’homéopathie constitue une solution préventive, un traitement de fond qui offre une nouvelle manière d’envisager le soin : il ne s’agit pas de combattre une maladie spécifique, mais de soigner la personne dans sa totalité. Cette approche plus personnelle est précieuse, alors même que l’indifférenciation actuelle des mesures sanitaires apparaît inefficace.

Le choix du déremboursement est une atteinte au pouvoir d’achat des Français et une absurdité économique. Le déremboursement de l’homéopathie constituerait une coupe supplémentaire dans le pouvoir d’achat des Français : environ 18€/an pour près de 7 millions de Français. D’autant que les Français qui recourent le plus souvent à la médecine homéopathique disposent généralement d’un faible pouvoir d’achat. Les populations les plus précaires ont suffisamment souffert de cette crise pour ne pas les accabler. Cette mesure va donc altérer le pouvoir d’achat des Français, alors même que l’homéopathie n’est qu’un poste dérisoire de dépenses pour l’Assurance maladie : 125 millions d’euros (2018) pour 20 milliards de dépenses annuelles totales. Tâchons de récupérer les dizaines de milliards d’euros gaspillés par la négligence et la fraude sociale tous les ans, plutôt que de défavoriser les honnêtes gens !

Le sacrifice de l’homéopathie par Emmanuel Macron met en péril cette industrie et ce savoir-faire français. Le laboratoire Boiron a déjà dû fermer des sites et supprimer 600 emplois après la première mesure de déremboursement. Protégeons ces emplois français. Protégeons ce savoir-faire. Quelle indignité quand on voit par ailleurs l’argent public couler à flot dans le secteur pharmaceutique…

Comme candidat à l’élection présidentielle 2022, Nicolas Dupont-Aignan s’engage à défendre sans réserve l’homéopathie et l’ensemble des acteurs concernés par cette mesure déraisonnable d’Emmanuel Macron et de son gouvernement. J’adresse ma solidarité et mes pensées les plus sincères aux associations de patients, aux entreprises du médicament homéopathique, aux nombreuses organisations professionnelles, ainsi qu’aux médecins et pharmaciens qui continueront à soigner leurs patients contre vents et marées.

Ensemble, sauvons l’homéopathie, ses bienfaits, ses patients et ses emplois ! Une alliée efficace et peu coûteuse pour la médecine !