Huit mois seulement après les attentats, nos dirigeants continuent de ruiner le contrôle de nos frontières et de sacrifier les douaniers courageux, efficaces qui connaissent le terrain. Complétement déconnectés des réalités, les socialistes mentent délibérément aux Français en faisant croire qu’ils renforcent notre sécurité alors qu’ils l’affaiblissent.

La brigade d’Hirson protège la frontière avec la Belgique. Elle se trouve seulement à quelques kilomètres de Charleroi, bastion des salafistes, sur une route utilisée pour les trafics en tout genre. Les douaniers me disaient avoir aidé à stopper il y a peu un trafic d’armes important sur Laon ou encore d’avoir transmis des informations décisives dans l’arrestation du terroriste Mehdi Nemouche.

En sacrifiant ce poste frontière clé et la connaissance du terrain des douaniers, c’est un territoire long de 115 kilomètres qu’on va laisser sans aucun contrôle, un vrai boulevard pour les criminels. On devrait au contraire considérablement renforcer les effectifs sur une zone si importante.

Nos dirigeants n’ont rien compris. Rien n’ébranle leur bêtise. Même les tragédies qu’a connues la France ne les arrêtent pas dans leur délire. Les pseudos plans de rationalisation des douanes signent en réalité leur disparition !

Qu’on ne me parle pas d’économies ! Les Français savent que les douanes sont une administration qui rapporte beaucoup plus d’argent qu’elle ne coute. En réalité, la disparition des douanes est une décision idéologique folle de dirigeants obsédés par la fin des frontières.

Dès demain je saisirai le Premier Ministre sur ce dossier crucial pour la sécurité de la France et la lutte contre le terrorisme. J’en appellerai à son sens des responsabilités.

Le contrôle de nos frontières n’est pas une option, c’est une urgence vitale pour notre pays. Elu Président de la République, je le rétablirai dès mon premier jour de mandat et je demanderai aux Français de ratifier cette décision par référendum. Je renforcerai considérablement le corps des douanes, sans que cela coute un centime aux contribuables.

Les Français seront en sécurité quand ils seront maitres de leurs frontières et que les dirigeants donneront aux différents corps qui nous protègent les moyens qu’ils méritent.