La semaine dernière, la responsable, coupable, de cette tragédie a été jugée : 22 mois de prison, dont 18 avec sursis. 4 mois de prison pour une vie brisée…

On reproche parfois à notre société sa passivité, voire son indifférence, face à la violence qui défigure tant de vies. Je crains en fait que ce soit la Justice qui, d’abandon en échecs, ne sache plus juger l’inacceptable.

Expliquer un crime, pour le comprendre et le punir justement, ne doit pas être la porte ouverte à l’excuse. Evidemment une mineure ne saurait endosser les responsabilités d’un adulte, évidemment la justice n’est pas un instrument de vengeance. Mais elle a aussi le devoir de mettre des bornes claires et efficaces aussi bien pour la reconnaissance du préjudice subi par les victimes que pour la protection de la société.

En tant que maire de la ville où se sont produits les événements, en tant que citoyen et en tant que père, je demande que la justice qui nous représente prenne toute la mesure de sa fonction plutôt que de céder à des chimères idéologiques, qui ne servent ni la société, ni la Justice.