J’ai rencontré des chefs d’entreprises audacieux et inventifs. Malheureusement, leur moral est en berne car ils se sentent abandonnés par les pouvoirs publics. D’un côté toujours plus de complexité administrative et le tarissement de l’investissement public pour cause d’étranglement des collectivités locales, de l’autre la concurrence déloyale ahurissante des travailleurs détachés.

Le Président National de la Confédération de l’Artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) m’a confirmé le chiffre de 500 000 salariés détachés dont les entreprises payent les charges sociales dans leur pays d’origine, creusant tous les jours un peu plus le déficit de notre Sécurité Sociale.

Il a évoqué aussi les dizaines de milliers de travailleurs détachés illégaux qui ne respectent même pas la réglementation sur le salaire minimum et les horaires de travail, que Bercy a évalué il y a quelques mois à 300 000 « au minimum ».

Le phénomène est bien sûr exponentiel car aujourd’hui toute entreprise qui n’y recourt pas est condamnée à perdre les marchés publics. L’argent du contribuable nourrit donc le système social polonais ou roumain. On croit rêver !

Des milliers d’entreprises font faillite, le nombre de nos concitoyens frappés par le chômage ne cesse d’augmenter, les dépenses d’assistanat explosent et l’argent public renforce l’économie de nos concurrents.

Tout le monde est au courant de ce scandale et pourtant rien n’est fait sous prétexte qu’il s’agit d’une directive européenne, comme si l’Union Européenne était un monstre extérieur à nous-mêmes sur lequel nous ne pourrions avoir la moindre prise. Pire, comme si nous gouvernants étaient les complices satisfaits de ce système absurde.

Comment ne pas le penser au vu des déclarations de Myriam El Khomri qui, non contente d’étaler son ignorance sur la législation des CDD, a volé hier au secours du secrétariat général de la COP21 qui a décidé d’employer plus de 200 travailleurs détachés sur le chantier de la conférence ? « Le détachement est tout à fait légal » a-t-elle semblé se réjouir… Merci l’Europe et merci le PS !

Il va de soi qu’il est tout à fait possible de remédier à cette aberration. D’une part en dénonçant la directive (il suffit d’un coup de crayon) et d’autre part en veillant dans chaque collectivité publique à retenir pour les appels d’offre des entreprises qui ne sous-traitent pas avec des travailleurs détachés.

C’est l’engagement que je prends d’ailleurs pour la Région Ile-de-France.

Mais faudrait-il pour cela avoir des dirigeants qui dirigent au service de la France et des Français !