Cette sinistre affaire révèle l’ampleur de la démission de l’Etat républicain dans notre pays.

D’abord parce que le laxisme judiciaire est la raison pour laquelle cet individu a été relâché seulement après quatre ans d’incarcération.

Il est temps que Christiane Taubira rende des comptes sur son bilan dramatique en matière de justice et en tire toutes les conséquences. Il faut en finir avec cette culture de l’excuse permanente véhiculée par la réforme pénale dramatique du gouvernement.

Quelle crainte ont de la justice des voyous dont les peines ne sont jamais exécutées ? Quelle autorité reste-t-il à la police qui voit immédiatement et systématiquement remettre en liberté ceux qu’elle a la lourde tâche et la difficile mission de mettre hors d’état de nuire ?

Ensuite, cet individu, avait pour obligation de quitter le territoire. Que faisait-il donc toujours dans notre pays ? La réponse est simple.

La dernière enquête de la Cour des Comptes, datée du 10 octobre 2015, fait apparaître que le taux d'exécution des obligations de quitter le territoire français (OQTF) est de 16,8 % pour l'ensemble des étrangers en situation irrégulière.

Cette faiblesse de l’Etat est insupportable.

Face à cette situation scandaleuse, porteuse d'une injustice flagrante pour les Français - n'étant plus en mesure de décider qui se maintient sur leur sol - comme pour les étrangers qui s'appliquent à respecter nos règles, le gouvernement a fait le choix d'une fuite en avant.

Dépossédée de la maîtrise de son destin par des traités illégitimes, la France a perdu toute prise sur ses frontières.

Dans une période de très forte inquiétude économique et identitaire, l'Etat devrait pourtant jouer pleinement son rôle protecteur.

Une fois de plus, le gouvernement socialiste prouve qu’il est totalement déconnecté des réalités du terrain. Les Français n’en peuvent plus de ce laxisme imposé par un gouvernement qui ne vit pas leur quotidien.

A l’inverse de ce que pense Christiane Taubira, la priorité n’est pas de vider les prisons mais d’en construire de nouvelles pour lutter contre l’inexécution des peines mais également contre la surpopulation carcérale.

Notre pays doit sanctionner plus durement les multirécidivistes et répondre à chaque délit par une réponse pénale réactive, ciblée et proportionnée.

Rétablissons la double peine pour les délinquants étrangers qui n’ont rien à faire sur notre territoire et expulsons les étrangers illégaux.