J’ai accepté le premier confinement parce que nous étions face à une situation inconnue, précipitée ; et contre celle-ci, nous n’avions rien : ni équipements de protection, ni traitements, ni vaccins, ni recul.

J’ai critiqué, regretté le second confinement, qui était la preuve que les mesures de fond n’avaient pas été prises, et qui révélait l’absence de cap du Gouvernement. Rien pour contrôler nos frontières de l’arrivée des variants qui font aujourd’hui la pluie et le beau temps de la gestion épidémique. Rien pour protéger les plus personnes fragiles avec des masques FFP2 ou une cure de vitamine D à titre préventif. Rien pour diffuser les traitements efficaces ou accélérer les recherches sur les soins prometteurs. Rien pour augmenter durablement le nombre de lits de réanimation.

Ce troisième confinement, je ne peux que le dénoncer, le refuser. Un an après le début de la crise, nous voilà encore au même stade : celui d’une décision d’enfermement.

Les Français payent, une fois de plus, l’amateurisme, le manque d’anticipation, la négligence.

Ce nouveau confinement pouvait être évité et ne devient une fatalité que par la pleine responsabilité de ce Gouvernement, qui a tout raté, et s’obstine dans une impasse sans considérer les autres voies possibles. Cette autre voie, c’est le plan B que je n’ai cessé de proposer.

La saturation des lits de réanimation – si elle est avérée car même en la matière les avis divergent et la manipulation, l’affolement semblent de mise – peut être évitée en augmentant le nombre de lits. Le Val-de-Grâce à cet égard pourrait être ouvert !

La fréquence de passage en réanimation peut également être réduite, si l’on considère enfin la voie thérapeutique et les traitements précoces, qui font l’objet d’un consensus dans le monde entier à l’exception de l’avenue de Ségur.

Les contaminations enfin, pourraient être évitées si l’on protégeait vraiment les plus fragiles, plutôt que d’enfermer ensemble les bien-portants et les plus vulnérables, en intérieur qui plus est, là où les contaminations ont lieu, à hauteur de 95% pour les contaminations extra-familiales, selon l’Institut Pasteur.

Cette autre voie, Françaises, Français, je la propose inlassablement depuis le début de la crise mais prêche dans le désert.

Le terrible trio Macron – Castex – Véran va donc jeter encore plus de Français dans la pauvreté, avec des effets sanitaires catastrophiques, par incurie, incompétence, et ce pour une occupation des hôpitaux qui serait fantasmée selon de nombreux experts.







Un Gouvernement incapable veut faire payer ses fautes graves aux Français. Ce nouvel enfermement est un non-sens sanitaire tant que ne seront pas prises les mesures attendues depuis un an : protection des plus fragiles, diffusion des soins, augmentation des lits de réanimation – si saturation il y a. Une autre voie est possible.