D'autres ont d'ailleurs également eu ce courage, comme François-Xavier Villain, qui m'a rejoint à DLR, ou bien encore Daniel Garrigue qui est resté sans étiquette politique.

Logiquement, j'ai donc été le premier à proposer la création d'un groupe indépendant de l'UMP à l'Assemblée, invitant les républicains et tous ceux qui ne se reconnaissaient pas dans la politique de classe de Sarkozy à franchir comme moi le Rubicon.

Car faire partie d'un groupe parlementaire à l'Assemblée Nationale, c'est se voir offrir plus de moyens pour travailler, plus de visibilité et surtout un meilleur temps de parole dans l'hémicycle ! Les Communistes et les Verts se sont ainsi regroupés au sein du groupe GDR (Gauche Démocrate et Républicaine) pour cette unique raison, ne partageant pas - loin s'en faut - les mêmes idées, ni ne souhaitant d'ailleurs être associés politiquement.

Et s'il y avait encore une personne à convaincre qu'être plus fort à l'Assemblée est indispensable à la diffusion de nos idées, je soumets cette petite vidéo tellement emblématique à mes yeux de ce dont est capable un système qui cherche par tous les moyens à faire taire les voix discordantes, celles qui disent la vérité.

Alors que l'accès aux médias est trop souvent confisqué au profit des personnalités politiques qui ne bousculent pas le système (ou bien font semblant de le critiquer), puisque le président de l'Assemblée Nationale refuse de donner aux non-inscrits un temps de parole équitable, les indépendants sont contraints de se rassembler afin de peser et de disposer du temps nécessaire à leur expression politique.