Dans ce secteur, comme dans beaucoup d’autres, la Chine a lancé une véritable guerre industrielle avec un objectif simple : faire disparaître tout concurrent et tenir un monopole dans ce secteur décisif pour l’avenir.

Elle a profité, pour construire son industrie, d’un transfert de technologies des producteurs allemands qui, aujourd’hui, s’en mordent bien les doigts. Elle a pu investir plus de 150 milliards de dollars dans des usines aujourd’hui en totale surcapacité.

En gros, la demande de panneaux solaires est, dans le monde, inférieure de moitié à la production. La Chine vend à la moitié de son coût de production ses panneaux conduisant la plupart des fabricants européens et américains à la faillite.

Pour schématiser : pour un coût de production en France de l’ordre de 100, la Chine produit à 80 mais vend à 40. Pour survivre il faut donc vendre à perte et tenir le plus longtemps possible, le temps d’améliorer nos innovations technologiques en produisant des panneaux solaires à meilleur rendement énergétique.

L’usine Photowatt de Bourgoin-Jallieu représente 0,1% de cette capacité mondiale. Elle fait partie des deux seules entreprises d’Europe qui maîtrise encore tout le cycle de production. Elle est en liaison avec l’Institut National de l’énergie solaire implanté à Chambéry qui dépend du CEA. Elle prépare le panneau solaire du futur qui, par son meilleur rendement énergétique, permettra de combler le différentiel de coût chinois.

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas durablement continuer à être en concurrence directe avec un pays qui triche avec toutes les règles du jeu. En ce domaine d’ailleurs, ce n’est pas la différence des salaires qui est en cause, mais la capacité de la Chine à investir des centaines de milliards de dollars dans des entreprises d’Etat qui ne sont assujetties à aucune contrainte de type occidental.

En 2011, ces importations déloyales de panneaux chinois ont représenté plus de 21 milliards d'euros vers l'Union européenne, soit 80% du marché ! La myopie des dirigeants européens est totale et seul un protectionnisme intelligent peut nous permettre de survivre.

Au-delà de cette question de concurrence vitale pour le développement industriel futur, le mérite de cette visite a été de comprendre le formidable potentiel de cette énergie renouvelable.

Aujourd’hui EDF rachète le kilowattheure solaire à peu près 3 fois plus cher qu’elle ne le vend aux particuliers.

Demain avec l’amélioration du rendement énergétique, il sera tout à fait possible à l’énergie solaire d’être compétitive par rapport à l’énergie éolienne et nucléaire. L’avantage énorme du solaire étant son autoconsommation évitant les réseaux électriques.

Chaque maison devrait pouvoir être autosuffisante en électricité à l’exception peut-être de certains pics de chauffage.

La faiblesse principale reste cependant le stockage de l’électricité car on n’a pas assez investi dans les batteries.

Je retiens principalement trois choses de cette visite :

- Il s’en est fallu de peu que l’Etat laisse tomber cette pépite scientifique et industrielle payant ainsi l’absence de stratégie à moyen terme dans le domaine énergétique. Il ne suffit pas d’avoir de grandes entreprises publiques comme EDF, il faut aussi leur donner un cap à long terme sinon elles deviennent de nouvelles féodalités. Heureusement, le gouvernement précédent et notamment Nicolas Sarkozy a demandé à EDF de reprendre cette entreprise.

- Il faut absolument adosser les entreprises des nouveaux secteurs à de grands groupes qui peuvent porter à long terme des innovations et subir des pertes financières. Il est très choquant de voir TOTAL perdre 1 milliard d’euros par an dans l’entreprise de panneaux solaire américaine SUNPOWER et ne pas investir en France dans ce secteur. C’est pourquoi, bien évidemment, il faut retrouver un actionnariat public dans les grands groupes énergétiques.

- Nous avons en France tous les atouts pour faire des percées scientifiques et les transformer industriellement à la condition unique de mettre en œuvre des politiques publique coordonnant les acteurs car sinon nous serons broyés par les Etats-Unis ou la Chine.

Voilà pourquoi, il faut arrêter avec cette idéologie néolibérale stupide qui fait croire qu’il y a concurrence libre et parfaite, alors que nous sommes dans une guerre économique mondiale.

Il ne s’agit pas bien sûr de croire au tout public mais il faut un équilibre entre le marché et l’Etat.